Partagez
Facebooktwittergoogle_plus

Cette année, la vraie découverte que ma modeste personne aura faite à Lorely NOTP, est sans aucun doute Lazuli. Bien sûr, je connaissais « la faille » diffusée presque en boucle sur Morow ; comment passer à côté d’une chanson « française » où l’ex-Marillion Fish pose sa voix sur les versets finaux. Génial. Mais voilà, le français se mélange mal au Rock Progressif, vite variété, vite cliché, même Ange a eu bien du mal à faire passer le français dans ce style si particulier. A croire que seuls les génies du genre se devaient d’être anglo-saxons et techniquement largement au-dessus du panier. Je n’avais donc pas poursuivi ma découverte de Lazuli, fort de mes préjugés, bien à tort. En cette journée de juillet 2015, sur les hauteurs de Lorelei, Lazuli a donné un concert qui fut tout de même une belle révélation. Une maîtrise du son quasi parfaite, un set distillé avec intelligence, une ambiance géniale, un public largement conquis.

Je te laisse ce monde (Lazuli)

Inutile de faire ici la biographie du groupe, vous la trouverez là, mais je me dois d’aborder un point qui me tient à cœur. Longtemps, j’ai pensé qu’une formation musicale qui déchire comporte 5 musiciens. C’est une peu mon défaut, mon côté ancien combattant, je l’admets. Lazuli aborde la question d’une manière très originale, puisqu’un des membres est à la fois guitariste et bassiste sur le même instrument, la Léode, sorte de Sticks développé par ce musicien suite au handicap de son bras gauche. Le résultat est excellent, des morceaux d’une composition fine, où les lignes de basse sont remplacées par du clavier discret, mélangeant les sons de la léode avec subtilité. Lazuli est une très bonne expérience musicale pour l’auditeur, sans compter le respect que cela induit.

Lazuli remonte clairement le niveau du rock en France, mais malheureusement condamné à ne pas être diffusé sur les principaux médias, probablement pour cause de non-compatibilité avec les créations sur-mesure des maisons de disques qui se disputent ce qu’il reste du gâteau. Pas facile de faire de la musique intelligente de nos jours….

Longue vie Lazuli