Month: mai 2008

French National 2008

Il y avait bien moins de monde cette année au French, pour le plus grand plaisir des uns et la sécurité des autres. Pas évident d’organiser une manifestation de passionnés de l’ovale vert, sur un terrain somme toute pas si grand que cela. Certaines années, on atteignait 850 véhicules sur le site. A l’époque, ça venait de presque toute l’Europe et même de l’est. Il y avait des roadbooks géniaux qui nous permettaient de découvrir le Parc naturel du Morvan et ses magnifiques chemins de traverses. Pour cette édition, qui s’est déroulée le 8 et 9 mai, la moitié moins de participants était attendu par les organisateurs. Plus de roadbook, plus de groupe de rock pour les soirées au « village ». Juste une grande tente où l’on cuisinait un menu unique et un petit stand qui vendait un maigre matériel d’accessoires issu du magasin appartenant à l’organisateur lui-même! (on appelle ça un monopole ou une dictature ça dépend) Plus de fanzine, bref, plus grand chose.

Mais bon, ce bivouac géant était tout de même sympa. Au fait, pourquoi étais-je là-bas ?? Depuis une dizaine d’années, je me passionne pour ce véhicule mythique qu’est la Land Rover. Pas le Range, ni le Discovery et encore moins le Freelander. Non LA Land Rover, la vraie, celle qui est capable de traverser le monde sans avoir besoin d’un tapis de bitume. Depuis 1948, une silhouette cubique est devenu simplement une légende. D’abord appelée Land Rover, puis Defender (oui oui, je fais court), elle n’a pas beaucoup changé en 60 ans. Mais ? Elle a 60 ans !!! Rhôô c’est con, voilà que l’organisateur du French l’oublié ! Mais bon c’est pas grave quand on aime.

Évidemment, lorsque l’on est passionné, on rencontre forcément des….. »mêmes ». Disséminés dans ma région, un certain nombre d’intégristes du pas impérial se font remarquer en roulant avec d’authentiques fleurons de la technologie britannique d’après guerre (la deuxième soyons clairs). Possédant moi-même deux exemplaires des ces machines à voyager, j’ai choisi de prendre ma Land Rover 88 station wagon de 1982, ex-telecom PTT, dans son jus, pour faire le voyage. Escorté, ou devancé c’est selon, par Jean-Michel et son 109 « Stage one V8 » SW, équipé pour dormir n’importe où. A un bon 70 km/h en vitesse de pointe, nous avons rejoint Saint-Symphorien-de-Marmagne dans le 71, lieu du déroulement du 19ème French National. Sur place nous avons retrouvé d’autres « voisins » proches. Bivouac, fondue, mumuse-dans-la-zone-de-franchissement on égayé notre week end ensoleillé. Au retour, un bel orage aura dépoussiéré et rafraîchi nos ancêtres.

Quelques images et commentaires:

D’abord une vue partiel du bivouac

Le magnifique 109 « Stage One V8 » de Jean-Michel

Ma Land Rover SIII SW

Un Defender 110 Td5, « prêt à partir »

Un Defender 90 Td5 G4 Challenge

Un magnifique Land Rover SIII 109 pick up ex-pompier

Un « light Weight » (version militaire parachutable paraît-il)

Un superbe Land Rover 88 SIII pick-up bâché (respect au proprio pour la restauration)

Les routes buccoliques du Morvan

Sacré Hubert ! Même pas peur!

Le tableau de bord d’un hybride paré pour le Berlin-Breslau, probablement inspiré d’un A380.

La chapelle du Mont-Beuvron où Vercingetorix vécu (si si!)

Et enfin je ne résiste pas de vous mettre cette image d’un authentique gaulois, modifiant au moyen d’un outil rudimentaire les erreurs de calculs des ingénieurs LR.

La foire du milieu

Après avoir été sérieusement épaté par la prestation de Serj Tankian (lead de System of a down) au Volkshaus de Z il y a quelques semaines, voilà que je découvre des groupes produits par le nouveau maître du genre, à savoir le beau Serj, qui n’a rien en commun avec l’autre beau Serge, génie gaulois en son temps complètement décédé de nos jours. Allez vite découvrir Fair to Midland, ça détend, ça fait croire en l’amérique ! Serj Tankian quant à lui n’a pas fini de bousculer la planète rock, tant Elect the dead est génial.

J’aime pas le foot

C’est un véritable handicap de pas aimer le foot sous nos latitudes, surtout lorsqu’on fait partie de la gent masculine. En société, il est presque impossible de pas être confronté à une discussion sur le sujet. Et là, on apparaît soudainement comme un extraterrestre, ou un simple déficient mental même pas au courant du coup franc raté d’hier soir ou de la dernière glissade du capitaine de Chelsea. En temps normal, si on peut habilement éviter le sujet avec ses petits camarades de bureau, le mois qui annonce l’été 2008 va être long, car il sera bien difficile de parler d’autre chose. En plus, et pour mon plus grand malheur, les richissimes décideurs de la planète foot ont choisi mon pays et nos voisins autrichiens pour organiser leur grande fête du ballon rond. Des stars, que dis-je, des Dieux du stade débarquent au bord du lac de Neuchâtel dans leurs cars climatisés. Des milliers de fans les attendent, ça va être la fête nous dit-on dans la Pravda locale. Bon il est vrai que des footballeurs en cravate ça fait sérieux. A côté Tokyo Hotel, sont vraiment des branleurs. Ils ne vendent même pas de billets pour que leurs fans puissent assister à leurs répétitions. Bref, il va falloir creuser profond pour ne pas sentir les relents nauséabonds des fonds d’estomacs de supporters avinés. Un mois entier, un mois à voir, un mois à entendre, un mois à sentir la grande messe du sport le plus populaire de la planète. Que vais-je faire de mon écran 4 1/3 même pas capable de recevoir un signal HD ?

© 2017 The Nostromo.ch

Theme by Anders NorenUp ↑